Étude du marché de l’épicerie fine 2018

Épicerie fine : les professionnels affichent un bel optimisme

Afin de connaître l’opinion des professionnels de l’épicerie fine, Gourmet Selection a commandé une enquête auprès d’IFOP INCAPSULE*. 

Selon l’étude IFOP INCAPSULE*, l’état d’esprit des professionnels de l’épicerie fine est positif :

  • 87 % des distributeurs et producteurs déclarent avoir le sourire vis-à-vis de la santé de leur secteur;
  • 50% ont un franc sourire.

L’épicerie salée reste le cœur de leur métier. Pour 36 %, elle représente le principal moteur de développement. Mais d’autres perspectives d’évolution s’axent selon deux secteurs prédominants fortement attendus par les consommateurs :

  • le frais, pour ses bénéfices de naturalité et de santé;
  • la restauration, en lien avec le besoin de vivre une expérience sur le point de vente pour déguster et/ou découvrir des produits de qualité uniques.

Les autres moteurs de développement pressentis sont l’épicerie sucrée, les arts de la table et la déco.

LES MILLÉNIALS ET LES JEUNES SENIORS SONT LES CIBLES MONTANTES

Les Millenials (18-34 ans), en lien avec la montée de la gastro food, ainsi que les jeunes seniors (55-70 ans), en quête de petits plaisirs au quotidien, sont deux clientèles d’avenir, ayant en commun d’être de bons vivants. Ce ne sont pas des experts, mais des consommateurs curieux, à l’affût de la découverte. L’expérience gastronomique a une place de choix dans leur vie.
En revanche, les seniors (+ de 70 ans) et les comités d’entreprise affichent une baisse de fréquentation des épiceries fines.
Globalement, le profil de la clientèle des épiceries fines se répartit ainsi :

  • Gourmets curieux 53 %
  • Gourmets avertis 32 %
  • Néophytes 7 %

LES GRANDES OCCASIONS ET LES SOIRÉES ENTRE AMIS SONT LES DEUX PRINCIPAUX MOMENTS D’ACHAT

Noël, Pâques, Saint Valentin, Fête des Mères… restent, avec les soirées entre amis, les deux principaux moments d’achat en épicerie fine. Il s’agit de vouloir partager avec les autres son goût pour la qualité et l’exclusivité des produits.
Pour 46 % des distributeurs et 60 % des producteurs, les grandes occasions représentent le cœur de leur activité.
Quant aux soirées entre amis, elles bénéficient davantage aux distributeurs qu’aux producteurs (39 % distributeurs vs 21 % producteurs).
Par ailleurs, trouver des cadeaux personnels est pour 41 % des professionnels la première raison d’achat. La deuxième est l’exclusivité des produits.
À l’heure où l’on a besoin de se récompenser, de se gratifier et de vivre des moments d’exception dans sa vie quotidienne, les produits d’épicerie trouvent leur raison d’être.

  • Grandes occasions 50 %
  • Soirées entre amis 33 % 
  • Petites fêtes du quotidien 12 %

LE CONSEIL, UNE ATTENTE MAJORITAIRE DE LA PART DE LA CLIENTÈLE

Pour 79 % des professionnels, le prix représente le premier frein à la fréquentation des épiceries fines, et 63 % pensent que la peur de ne pas savoir utiliser correctement les produits est le deuxième frein.
Ces deux notions sont liées et confirmées par la forte attente des clients en termes de conseils :

  • 81 % des clients sont principalement en attente de conseils sur le choix des produits et leur mode d’usage;
  • 59 % attendent des nouveautés dans l’offre;
  • 51 % des informations sur la provenance des produits.
  • 49 % souhaitent des dégustations sur le point de vente.

Ainsi, pour favoriser le développement des cibles montantes sur d’autres usages que l’achat cadeau, trois axes émergent :

• apporter du conseil dans le choix et l’utilisation des produits : recettes innovantes, proximité, connaissance des goûts de ses clients;
• donner du sens au prix : histoire produits, discours provenance, qualité, process, valorisation des métiers des producteurs et créateurs des produits, ainsi que des utilisateurs prestigieux (chefs) ou savoir simplifier les recettes;
• créer des animations in situ : des avant-premières, des rencontres avec les producteurs, pour faire découvrir des produits et faire de son lieu, un espace dédié à sa communauté de clients.

FOCUS SUR LA PLACE DU DIGITAL

Près d’un professionnel sur deux utilise le digital de façon régulière dans son business (15% l’utilisent peu ou pas du tout). Dans ce secteur, le taux d’utilisation du digital est estimé à 6,97 (sur 10), une note qui indique qu’il existe encore un fort potentiel de progression.
Les professionnels n’ont donc pas encore exploité tous les moyens marketings mis à leur disposition, mais ils intègrent déjà le digital à leur vie professionnelle selon leurs priorités :

  • Les distributeurs :l'utilisation des réseaux sociaux et des influenceurs.
  • Les producteurs: le développement de sites marchands et de sites vitrines.

Les principaux freins évoqués au développement du digital sont le manque de temps, les coûts de communication, les coûts sociaux et le manque de formation.

DES ATTENTES PLURIELLES VIS-À-VIS DE GOURMET SELECTION

La première attente, exprimée par 80% de l’ensemble des distributeurs et producteurs, est de favoriser les mises en relation entre les professionnels, et ce, en multipliant des formats de moments in situ (rencontres, business time, speed dating, tables rondes, débats…), mais aussi hors salon pour prolonger et nourrir les contacts. Distributeurs et producteurs sont également en attente d’un florilège d’actions d’ordre pédagogique afin de les aider à développer leur business :

  • 74% souhaitent des conseils sur les bonnes pratiques pour fidéliser leurs clients et optimiser l’expérience client (mailings ciblés, événements…);
  • 71% souhaitent des conseils de valorisation des produits au point de vente;
  • 43% souhaitent des conférences expertes autour de thèmes spécifiques et des tendances.

Ainsi, la démarche de publications Instagram d’initiatives business innovantes est une des preuves du rôle d’inspiration et de pédagogue du salon.

*L’enquête IFOP INCAPSULE a été réalisée auprès de 275 professionnels de l’épicerie fine, dont 190 distributeurs et 85 producteurs.

Étude à télécharger